Arts plastiques

Laurence Rasti, photo transmetteuse

Par son enquête photographique, la Genevoise pose un regard ­sensible sur des personnes en «délit de séjour».
Laurence Rasti, photo transmetteuse
Dans la rue, «si les photos restent en place trop longtemps, elles deviennent transparentes». JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Photo

 Ces deux dernières semaines, un homme à la tête en plein feuillu ­posait sur une grande image installée au rond-point de Plainpalais, à Genève; alors qu’à la place des Augustins, une femme s’affichait à contre-jour, immortalisée dans le tunnel piéton du pont Sous-Terre. Avec une poignée d’autres protagonistes anonymes, aux traits ­imprimés sur des structures souples à Bel-Air et Chantepoulet, ces personnes ­incarnaient Délits de séjours.  «Dans l’espace public, j’ai

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion