Arts plastiques

Jules Spinatsch. A l’affût

Par ses panoramas XXL composés de milliers d’images «semi-automatiques», le photographe grison ­déconstruit ­littéralement les structures du pouvoir.    
Jules Spinatsch. A l'affût
Jules Spinatsch dans la reproduction à taille réelle de son atelier zurichois, au Centre de la photo. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Photo

Tout commence à Davos, et plutôt deux fois qu’une. La première occurrence a lieu en juillet 1964, lorsque Jules Spinatsch voit le jour; la seconde trente-neuf ans plus tard, en 2003, dans la neige du Forum économique mondial (WEF), lorsque l’artiste «marque un tournant dans l’histoire de la photographie documentaire critique» – ce sont les mots de Joerg Bader, directeur du Centre de la photo de Genève qui accueille le plasticien

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion