Genève

Des chauffeurs Uber défendent leur statut

Devant la presse, une douzaine de chauffeurs Uber ont fait part de leur colère suite à la décision du conseiller d’Etat Mauro Poggia d’interdire Uber.
Des chauffeurs Uber défendent leur statut
Lors d'une conférence de presse, les chauffeurs Uber ont affirmé être prêts à payer des cotisations sociales, comme les autres chauffeurs de taxi. KEYSTONE
Droit du travail

«Tout le monde parle de nous, mais personne ne nous donne la parole.» Une douzaine de chauffeurs Uber, accompagnés des jeunes PLR, ont invité lundi la presse pour faire savoir à quel point ils se sentent trahis. «Nous avons investi du temps, de l’argent, contracté une assurance, passé des examens, et aujourd’hui on nous désavoue de façon arbitraire. Mauro Poggia n’est plus le conseiller d’Etat des Genevois, mais le représentant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion