Vaud

«La désobéissance civile est protégée»

Amnesty International conteste la condamnation de zadistes, qu’elle juge contraire aux droits humains.
«La désobéissance civile est protégée» 3
Pour Amnesty, «les sanctions imposées ne tiennent pas compte du fait que les actes n’ont pas entraîné de dommages permanents ou de perturbations majeures». JPDS
Justice

Les zadistes qui ont refusé de s’identifier n’ont pas eu la possibilité de recourir contre leur condamnation. La décision a été confirmée par le Tribunal de la Côte, le 20 août. Au moins trente-sept personnes ont été condamnées. Certaines d’entre elles peuvent être arrêtées à tout moment. Les peines vont de deux à trois mois de privation de liberté. Amnesty International dénonce «une restriction disproportionnées de leur liberté d’expression, de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion