Solidarité

L’antisyndicalisme turc à l’OIT

La liberté d’association n’est pas assez protégée en Turquie selon une fédération syndicale mondiale qui dépose plainte à l’Organisation internationale du travail. Un cas qui rappelle la situation en Suisse.
L’antisyndicalisme turc à l’OIT
Pour l’UITA, seule une forte réaction de l’OIT pourrait forcer la Turquie à faire respecter le droit international du travail. KEYSTONE/Laurent Gillieron
Travail

En Turquie, de nombreuses entreprises empêchent la création de syndicats en leur sein en licenciant systématiquement les employé·es militant·es. Cette pratique courante dans ce pays est sous les feux de l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration et du tabac (UITA) qui vient de déposer une plainte devant l’Organisation internationale du travail (OIT), à Genève. «Selon la législation turque, les employeurs peuvent choisir de verser une indemnité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion