Genève

1er Mai: pas de défilé, mais des revendications

Privés de manifestation populaire pour cause de crise sanitaire, les syndicats genevois ont organisé un parcours pour faire entendre des témoignages d’abus patronaux.
Un 1er Mai sans défilé, mais pas sans revendications
«Nous demandons le respect de nos droits et appelons à plus de justice sociale. Payez nous, c’est la loi. Maintenez nos contrats jusqu’à que les choses s’améliorent», a lancé une employée domestique, licenciée il y a un mois. KEYSTONE
Travail

«C’est probablement la première fois depuis 130 ans que le 1er Mai se déroule sans manifestation populaire», affirme d’emblée Alessandro Pelizzari, secrétaire régional d’Unia Genève. Mais pas sans revendications politiques et syndicales. Ni sans dénonciations d’abus patronaux, qui se sont multipliés pendant la crise due à la pandémie de Covid-19. «Durant ces six semaines de confinement, les travailleuses et travailleurs auront payé un lourd tribut, particulièrement celles et ceux dont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion