Arts plastiques

Fantômes à la ­Sérénissime

A Venise, dans un accrochage inégal, la Biennale d’art se penche sur l’état du monde. Et convie les morts de la Méditerranée.
Fantômes à la ­sérénissime
Pour sa participation à la Biennale de Venise, l’artiste suisse Christoph Büchel a fait transporter l’épave d’un bateau sur lequel sont mort des centaines de migrants en 2015. TTH
Biennale de Venise

Périodiquement, la devanture du pavillon central des Giardini est enveloppée de vapeur, donnant une fantasmatique touche Highlands à la façade années trente de la bâtisse blanche. Doublée d’une dimension conceptuelle impliquant un supposé think tank caché dans un bunker secret, dont on verrait le cerveau fumer, la proposition de l’artiste italienne Lara Favaretto apporte une empreinte sensible et d’apparence légère à la 58e Biennale d’art de Venise. L’exception qui confirme la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion