Arts plastiques

Positif, sinon rien!

A la 57e Biennale de Venise, l’art invité par Christine Macel est humaniste, constructif, pas très jeune, compartimenté et (presque) sans subversion. Lisse, trop gentil, mais plutôt beau
L’installation de Rasheed Araeen Andrea Avezzù/courtoisie Biennale de Venise
Biennale de Venise

Il ne faut jamais juger un livre à sa couverture. Et pourtant, à la Biennale d’art de Venise, les premières œuvres de la grande exposition internationale ont souvent valeur de manifeste. Il y a quatre ans, une gigantesque maquette d’un Palais encyclopédique de l’Italo-américain Marino Auriti donnait ton et nom à la manifestation signée Massimiliano Gioni. Et personne n’a oublié les longs couteaux plantés dans le sol en 2015, une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion