Cinéma

Cyril Schäublin. Tranquillement radical

Le jeune réalisateur zurichois ravit avec Dene Wos Guet Geit (Ceux qui vont bien). Une singulière radiographie du morne ­«quotidien ­capitaliste» helvétique.
Le cinéaste zurichois est venu présenter son film au Capitole à Lausanne. SAMUEL RUBIO / CINÉMATHÈQUE SUISSE
Portraits de der

Les longs métrages de fiction alémaniques traver­sent rarement la Sarine. Et paraissent souvent exotiques aux yeux romands. A se demander s’il existe un cinéma suisse, ou plusieurs. Certains films capturent pourtant une part de l’«expérience helvétique». En salles depuis dix jours, Dene Wos Guet Geit (Ceux qui vont bien) réussit cette prouesse, et s’impose comme une œu­vre originale dans la production nationale. Ce premier long métrage signale un cinéaste à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion