Chroniques

Migrations: le principe du casseur-payeur

GÉOPOLITIQUES

Après d’innombrables luttes et d’interminables discussions, on a fini par admettre qu’en matière de pollution, c’était au responsable de payer: le principe du pollueur-payeur s’est peu à peu imposé. Pourquoi n’appliquerait-on pas le même principe à la problématique des réfugiés et des migrants? Il s’agit, bien évidemment, de ne pas faire payer les réfugiés et les migrants, qui ne sont que des victimes, mais les vrais responsables de ces tragédies.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion