Chroniques

Le Venezuela, la gauche radicale et la révolution

C’EST L’AMÉRIQUE!

Bien que les rangs de l’opposition au gouvernement de Nicolás Maduro puissent laisser transparaître une certaine lassitude, le mouvement de contestation qui a investi les rues des plus grandes villes du Venezuela depuis le 12 février dernier ne faiblit pas, ou très peu. Au point que certains analystes, parmi lesquels l’ancien directeur du Monde diplomatique, Ignacio Ramonet, n’hésitent plus à parler d’un golpe suave, d’un «coup d’Etat rampant». Aussi paradoxale soit-elle,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion