Chroniques

Le capital européen frappe à la porte

C’EST L’AMÉRIQUE !    

Il paraît loin, le temps où, en décembre 2005, à l’occasion d’un Sommet des Amériques à Mar del Plata (Argentine), Hugo Chávez invitait les dignitaires étasuniens à remiser leur projet de Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA, ALCA en espagnol) au plus profond de leur intimité, en faisant reprendre à tout un stade rempli de militants altermondialistes la consigne «ALCA, ¡al carajo!»… Le «tournant à gauche» alors incarné par les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion