Chroniques

Pour Chico Mendes, contre le productivisme

C’EST L’AMÉRIQUE

On se serait presque cru revenu dans les années 1990, quand, dans l’euphorie des réformes libérales promues par le FMI et la Banque mondiale, les gouvernements latino-américains ouvraient grand les portes de leurs compagnies publiques aux investisseurs privés, bercés par la douce musique d’une entrée en grande pompe dans la modernité capitaliste. En promulguant sa «réforme énergétique» le 12 décembre dernier, le président mexicain Enrique Peña Nieto permettait en effet

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion