Chroniques

Les ennemis de mes ennemis…

C’EST L’AMÉRIQUE

Pour celles et ceux qui soutiennent les processus de transformation sociale à l’œuvre en Amérique latine, gageons que nous ressentons tous un vrai malaise chaque fois que Correa, Morales, ou hier Chávez, s’affichent complaisamment aux côtés d’un dictateur. Révolutions arabes obligent, les contradictions de la politique étrangère de cette nouvelle gauche se sont trouvées plus d’une fois débattues dans les colonnes des journaux conservateurs, qui pensent tenir là la preuve

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion