Chroniques

La grande régression

LA CHRONIQUE DIPLOMATIQUE

Il est clair qu’il n’existe pas, au sein de l’Union européenne (UE), de volonté politique pour affronter les marchés et résoudre la crise de la dette souveraine. Jusqu’à présent, on avait expliqué la lamentable attitude des dirigeants européens par leur incompétence sans bornes. Mais cette explication ne suffit pas, surtout après les récents «coups d’Etat financiers» qui ont mis fin, en Grèce et en Italie, à une certaine conception de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion