Solidarité

Chili: la gauche a mauvaise mine

Gros producteur de cuivre et de lithium, le Chili hésite à nationaliser ces «biens naturels stratégiques». Majoritaires, les constituant·es progressistes n’ont qu’une dizaine de jours pour réaliser leur promesse.
Chili: la gauche a mauvaise mine
Le sous-sol chilien, depuis la dictature néolibérale de Pinochet, profite principalement aux entreprises étrangères (ici Barrick Gold Corp à l'oeuvre à Pascua-Lama, au nord du pays). Les constituant·es chilien·nes ont dix jours pour inventer un nouveau modèle. KEYSTONE/ARCHIVES
Chili

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion