Cinéma

Prendre la parole

Revisitant la révolution syrienne dans Le Traducteur, leur premier long métrage, Rana Kazkaz et Anas Khalaf soulèvent la question de l’engagement.
Prendre la parole
Exilé en Australie, Sami (Ziad Bakri) retourne en Syrie au début de la révolution avec un ami journaliste (David Field). AGORA FILMS
Syrie

En 2011, on ­découvrait la révolution syrienne via des images brutes et violentes, tournées au téléphone portable par des manifestant·es, diffusées sur Youtube et reprises dans les journaux télévisés du monde entier – ou collectées par Ossama Mohammed dans son documentaire Eau argentée, Syrie autoportrait (2015). Depuis, la fiction a pris le relais. Réalisé par Rana Kazkaz et Anas Khalaf, couple syrien exilé au Qatar, Le Traducteur fait partie de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion