Livres

L’aura des manuscrits

Les manuscrits continuent de fasciner. Si le numérique en a favorisé la sauvegarde, il n’a pas épuisé leur aura de mystère.
L'aura des manuscrits
Il faudra trois ans à Sandra Vez pour restaurer ces manuscrits arabo-persans, poèmes et textes sacrés des XVe et XVIe siècles. NAOMI WENGER, FONDATION MARTIN BODMER
Reportage

Rivée au micro­scope, elle a ôté avec un coton­-tige tous les résidus de colle qui entachaient ce manuscrit. Avec assez d’eau pour réactiver la substance, pas trop pour ne risquer de diluer l’encre, d’effacer la somptueuse dentelle de ces poèmes arabes vieux comme Gutenberg. Il lui a fallu un mois. Ce n’est plus de la minutie, c’est de la bravoure. «Ces objets me fascinent, pour leur portée culturelle mais aussi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion