Flaubert aux bains

Moins illuminé que l’adolescent aux semelles de vent, moins extravagant que le dandy maudit dont il fut contemporain, Gustave Flaubert n’en demeure pas moins objet de fascination. En voici deux réincarnations.
Anniversaire

Dans Un automne de Flaubert, Alexandre Postel dépeint le monument littéraire sous une lumière changeante et grise. En 1875, âgé de 53 ans, menacé par la ruine, accablé par une mélancolie qui le détourne de l’écritoire, l’inventeur du bovarysme quitte Rouen pour quelques ­semaines en bord de mer. De Con­carneau, en Bretagne, il fera le «théâtre de sa résurrection ou de son anéantissement». L’affligé moustachu s’y gave de tourteaux, prend des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion