Arts plastiques

L’art kilomètre zéro

Ce printemps, plusieurs institutions romandes accrochent l’art de leurs scènes régionales. Une tradition germano-alémanique peu ancrée ici, toujours très appréciée du grand public.
L’art kilomètre zéro
Mathilde Agius, "James und Philip küssen in die reformierte Kirche" (2020). MATHILDE AGIUS
Arts

En vingt-huit minutes, La Vie est belle (2020) résume le zeitgeist, l’esprit du temps. Tournée dans des lieux festifs vides, la vidéo d’Oélia Gouret et Lucas Ballester fait défiler une génération qui n’en peut plus, en manque d’affect car privée depuis un an de toute forme de socialisation. Précisément celle au cœur de «Lemaniana», exposition compilant une soixantaine de propositions issues des scènes régionales. Une «enquête sur la production artistique

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion