Lecteurs

A qui profite le crime?

Michel Monod défend l’initiative populaire «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre».
Votations fédérales

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSSA) a lancé une initiative contre le commerce de guerre que l’UDC qualifie d’utopiste et naïve. Cette initiative, si elle est acceptée en votation, affaiblirait les rendements financiers des banques et des caisses de pension et serait nuisible à notre économie.

Qui manque du sens des réalités? Est-ce le GSSA avec son projet idéaliste de supprimer le commerce de guerre, ou le soit-disant bon sens de ces messieurs de l’UDC pour le maintien de notre niveau de vie privilégié par rapport à bien des pays de ce monde?

Il n’échappera à personnes que les tensions interétatiques augmentent sensiblement, que les guerres se multiplient et que les gouvernements s’équipent d’armes de plus en plus sophistiquées, de plus en plus chères et qui nécessitent des investissements considérables des banques et des Etats.

L’argent reste le nerf de la guerre et la Suisse participe à cette course aux armements par les capacités financières de ses banques et ses investissements en Suisse et à l’étranger. Elle a échappé par sa position neutre à deux guerres mondiales et espère échapper encore à toute nouvelle guerre mondiale par son armée traditionnelle.

Nous assistons à la reprise de la course aux armements, à l’apparition d’armes autonomes, de drones militaires et de perfectionnement des armes nucléaires. Se profilent également des attaques cybernétiques propres à nuire à l’économie. Est-ce que les frontières de notre pays nous permettront encore de nous affranchir des nuisances radioactives et des ondes numériques malfaisantes?

Pour contrer ces développements tragiques, même si la Suisse reste un petit pays, elle dispose d’un levier financier important qu’elle peut activer face au monde entier afin d’initier un revirement salutaire vers un monde moins dangereux et plus prospère en investissant dans une économie durable. Le profit à court terme du commerce des armes n’empêchera pas la ruine programmée des futures générations.

Autant investir dans les énergies renouvelables, favoriser le commerce local, la protection du climat et la défense civile non violente.

Michel Monod,
Le Lignon, membre du GSSA

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Votations fédérales

Connexion