Neuchâtel

Trop de glands, trop de sangliers

Les sangliers ravagent les pâturages neuchâtelois depuis janvier. Une étude projette une prolifération de l’espèce d’ici 2100 en raison du réchauffement climatique.
Seul Obélix sera ravi
Un sanglier des forêts neuchâteloises capturé par un piège photographique du Service de la faune, des forêts et de la nature. SFFN
Loi sur la chasse

Les dégâts aux cultures et pâturages commis par les sangliers sont récurrents depuis déjà des années dans le canton de Neuchâtel et, de manière générale, sur tout l’arc jurassien. Herbes arrachées dans les prairies, pierres excavées, récoltes mises à mal… Les dommages se chiffrent à plusieurs centaines de milliers de francs. Le canton a même connu un pic en 2016 avec une ardoise de près de 350’000 francs. Le phénomène s’est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion