Arts plastiques

Inaction painting

Voilà plusieurs années que des artistes visuels revendiquent l’oisiveté comme une ­composante de leur pratique. Ce qui détonne dans un milieu sous forte pression. Mais s’avère Covid-compatible.
Inaction painting
Patricio Gil Flood, "Hoy no hice nada" (2012). PATRICIO GIL FLOOD
L'après-coronavirus

«Hoy no hice nada», «aujourd’hui je n’ai rien fait». Lorsque l’affirmation d’inaction s’exprime en toutes lettres dans une œuvre d’art, on se trouve face à une contradiction, car impossible de produire une pièce en ne faisant rien. Et pourtant. Au même titre que certains artistes du XXe siècle, dont l’incontournable Marcel Duchamp, passablement de plasticiens se ménagent désormais des plages libres. On est toutefois loin d’un oreiller de paresse, comme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion