Genève

Les associations des marchés dénoncent une injustice

Les marchés doivent être traités comme les grandes surfaces, d’autant que les mesures sanitaires y sont plus faciles à respecter, selon les associations.
Les associations des marchés dénoncent une injustice
«Notre activité est exemplaire en termes sanitaires», selon Emilie Philippin, de l’Association des marchands de Carouge. CO
Covid-19

«C’est une inégalité de traitement inacceptable!», a lancé jeudi Willy Cretegny, président de l’Association des marchés de Genève, sur le parvis de l’église Sainte-Croix de Carouge. «Les marchés doivent être traités au même niveau que les grandes surfaces», renchérit Pierre Gallay, son homologue de l’Association des marchands de Carouge. Si, depuis peu, des stands isolés ont été autorisés pour vendre de la marchandise à la plaine de Plainpalais ou sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion