Égalité

«Je n’ai de répit que quand je dors»

Dans les métiers où les femmes sont surreprésentées, les horaires irréguliers sévissent.
«Je n’ai de répit que quand je dors»
Dessin: ALBERTINE
8 mars

«J’ai renoncé à un deuxième enfant car ma profession ne me le permet pas.» Eva*, 36 ans, est éducatrice sociale dans le canton de Vaud et mère d’un garçon de 5 ans. «J’ai à peine le temps de voir mon fils, même en étant à 80%. Mon copain, on n’en parle même pas.» Elle compose avec trois plages horaires différentes, qui empiètent sur ses soirées et ses week-ends, et cumule

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion