Le mot de la traductrice – Gaëlle Cogan

Gaëlle Cogan explique comment traduire Amy Clampitt, c’est tenter de recréer une forêt dense, sans en effacer l’étrangeté ni la rugosité.
Le mot de la traductrice - Gaëlle Cogan
Traduction

«Noirs boutons d’or» explore plusieurs des thèmes chers à Amy Clampitt: les impressions sensorielles confuses d’une enfance à l’orée de l’adolescence, l’éclosion du désir de fuir le Midwest natal, le déracinement, le monde naturel et les transformations que lui imposent l’exploitation humaine. À première lecture, on se fraie un passage dans le poème comme dans une forêt de végétation drue. Le style impose un double rythme interne: la densité, l’épaisseur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion