Le mot de la traductrice Nathalie Garbely

Nathalie Garbely évoque la manière dont elle a dû chercher à être exacte pour traduire l’imprécis et la densité qui caractérisent la poésie de Li Mollet.
Le mot de la traductrice Nathalie Garbely
Nathalie Garbely
Traduction

Dans l’écart d’une langue à l’autre, observer les nuances et chercher, avec acuité, à saisir cet imprécis par lequel s’ouvre le recueil de prose poétique de Li Mollet, irgendwann vielleicht : An manchen Tagen den Flüsterabstand suchen, in der Dämmerung die Unschärfe begrüssen. Associant la réflexion, le tâtonnement et les intuitions, la traduction littéraire tient autant de la lecture que de l’écriture : il s’agit de trouver les termes adéquats pour reformuler

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion