Scène

Une relecture en mode baroque

Malgré son côté un peu kitsch, la partition visuelle que Daniele Finzi Pasca dessine pour Einstein on the Beach, au Grand Théâtre, nous fait entrer avec bonheur dans cet emblème du minimalisme.
Une relecture en mode baroque
A voir encore deux soirs au Grand Théâtre de Genève, Einstein on the Beach a été coprogrammé avec La Bâtie. CAROLE PARODI
Grand Théâtre

On sort d’Einstein on the Beach la tête pleine d’images. Pleine de sons aussi, égrenés en boucles répétitives par les chanteurs et instrumentistes virtuoses de la HEM de Genève. Un tour de force, car il faut de l’endurance pour venir à bout d’une partition qui se répète sans se répéter! Où est le commencement d’Einstein on the Beach? Où est la conclusion? That’s the question, et il n’y a d’ailleurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion