Cinéma

Dis seulement une parole…

Dans Grâce à Dieu, François Ozon relate le combat des victimes du prêtre pédophile Bernard Preynat. Une ode à la parole libératrice, dont la sortie était menacée en France.
Dis seulement une parole
Alexandre (Melvil Poupaud) a été abusé enfant par le père Preynat, mais c’est l’attitude des autorités religieuses dans cette affaire qui fait vaciller sa foi de fervent catholique. FILMCOOPI
François Ozon

François Ozon savait aborder un sujet délicat avec l’«affaire Preynat», du nom de ce prêtre mis en examen en janvier 2016 pour des actes pédophiles perpétrés durant des décennies au sein de l’Eglise et lors de camps scouts – plus de 70 victimes sont recensées par l’association La Parole libérée. Par contre, le cinéaste ne pouvait guère prévoir que son film serait rattrapé par l’actualité: le cardinal Philippe Barbarin, la médiatrice Régine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion