Cinéma

Les raisons de la colère

Jamie Jones signe un premier film percutant, radiographie sociale et sensible en marge des émeutes londoniennes de 2011.
Les raisons de la colère
Obey (obéis) porte ce titre parce qu’il parle du pouvoir, de l’impuissance de ceux qui n’en ont pas. OBEY FILM
Film

Scènes de guerre, chaos, pillages, vandalisme: les manifestations qui dégénèrent et autres émeutes urbaines convoquent un lexique apocalyptique. Et une condamnation sans appel de ces violences. A l’inverse, moins spectaculaire, la violence sociale dont elles découlent ne suscite pas autant d’indignation. Les premières, exacerbées par la répression policière, ne sont-elles pas à la mesure de la seconde? Et qui se cache derrière le terme infamant de «casseur»? Voilà les questions que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion