Cinéma

Une carapace de muscles

Avec Pearl, étonnant portrait de femme dans l’univers du culturisme, Elsa Amiel signe un admirable premier long métrage.
Une carapace de muscles
Léa fuit - avant de l’apprivoiser - cet enfant qu’elle a abandonné à un père indigne pour poursuivre ses rêves sur les podiums. BANDE À PART
Film

Etrangement fascinant et volontiers méprisé, le monde du bodybuilding a inspiré des documentaires empathiques à David Nicolas Parel (Body, 2015) ou Denis Côté (Ta Peau si lisse, 2017). Il nourrit aussi le premier long métrage d’Elsa Amiel, convoqué au féminin comme toile de fond à une fiction. Véritable culturiste, l’imposante Julia Föry incarne Léa Pearl. En lice pour le titre de Miss Heaven, talonnée par son entraîneur (Peter Mullan), elle

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion