Culture

Les cris du corps

La photographe et ex-journaliste Laia Abril crée des récits et installations à facettes multiples, transhistoriques et forensiques, autour de réalités en souffrance.
Les cris du corps 2
«Mon approche est fondamentalement plus empathique qu’indignée et restaurative.» MAUDE GIRARD
Photo

Ses installations et ouvrages touchent l’intime et le poétique, le sociologique et le politique. Troublant, essentiel et révélateur. Pour ses enquêtes photo menées sur l’avortement ou les disparus, Laia Abril fait dialoguer un passé qui ne veut pas s’oublier et un présent dramatique, voire indifférent. Dotée d’une méthodologie scientifique, l’artiste barcelonaise multiprimée, 32 ans, tisse la toile de ses recherches comprenant manifestations visuelles, textuelles, objets et témoignages – médecins, femmes avortées ou

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion