Scène

Les robots prennent le relais

A Genève après Lausanne, après avoir exploré les premières heures de l’humanité chez nos ancêtres primates, Guillaume Béguin scrute son devenir high tech avec Titre à jamais provisoire.
Les robots prennent le relais
En femme-robot, Lou Chrétien-Février se heurte à son désir d’enfant, tout en questionnant son rôle de comédienne. JULIE MASSON
Théâtre

Il y a cinq ans, Guillaume Béguin sondait l’origine du langage. Il nous plongeait dans l’état de nature avec ses comédiennes et comédiens jouant les primates sur le plateau de l’Arsenic et du Grütli. Le Baiser et la morsure était un incroyable champ d’expérimentation zoologique où les interprètes, quadrupèdes coiffés de têtes de singes, déployaient toute la puissance de leur physicalité dans des postures rappelant nos ancêtres velus. On se

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion