Solidarité

Un pays de plus en plus fracturé

Un an après la déclaration d’indépendance de l’Ambazonie, l’élection présidentielle camerounaise est menacée dans la région anglophone du Cameroun.
Un pays de plus en plus fracturé
Des expatriés camerounais manifestent pour l’indépendance du Cameroun anglophone, en octobre 2013 à New York, devant l’ONU. Lambisc-cc3.0
Cameroun

Un anniversaire sous haut tension. A moins d’une semaine de l’élection présidentielle du 7 octobre au Cameroun, ses deux régions anglophones soufflaient hier sur une bougie hautement inflammable: il y a tout juste un an, les séparatistes y proclamaient leur «indépendance», las de leur marginalisation par Yaoundé. A la suite de cette proclamation, les mobilisations avaient compté «des dizaines de milliers de manifestants», selon le centre d’analyse International Crisis Group

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion