Culture

Offenbach, version XXIe siècle

Depuis 2007, la Ferme Asile accueille une biennale lyrique destinée aux jeunes professionnels et autres chanteurs amateurs. Après l’Orfeo de Monteverdi, place à La Belle Hélène d’Offenbach, jusqu’au 23 septembre.
Offenbach, version XXIe siècle
A la Ferme Asile, ensembles choraux et solistes gambadent joyeusement sur scène. DR
Opéra

Dès l’Ouverture aux surprenantes dissonances Lutoslawskiennes et à la sonorité instrumentale piazzollienne, la version sédunoise de La Belle Hélène assume un glissement provocateur vers une liberté d’interprétation jubilatoire, tant musicale que scénographique. De fait, tout au long des rebondissements cocasses qui jalonnent les presque trois heures d’affabulations mythologico-parodiques du grand Jacques Offenbach, le pari d’une relecture contemporaine a visiblement été validé, dimanche après-midi, par l’auditoire hilare de la Ferme Asile

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion