Arts plastiques

Henri Manguin, à fond les tons

L’Hermitage expose les jeunes années du fauve Henri Manguin, dans toute la volupté de ses carnations.
Henri Manguin, à fond les tons
Henri Manguin, "La Sieste" ou "Le Rocking chair, Jeanne", (1905). Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Kunstmuseum Bern
Lausanne 

Etonnant Henri Manguin (1874-1949). Le peintre en rappelle de nombreux autres, à commencer par l’incontournable Cézanne, mais aussi ses confrères fauves Matisse, Marquet et Rouault. L’artiste parisien n’en avait pas moins un rapport très personnel aux couleurs, qu’il préférait chaudes. A voir à la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, «Manguin. La volupté de la couleur» met une bonne dose d’affection à l’heure de présenter ses toiles et leurs belles tonalités.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion