Suisse

Uber et ses partenaires désavoués

Pour le Seco, les chauffeurs placés de la plateforme sont des employés. Unia réclamera les salaires dus.
Uber et ses partenaires désavoués
En fin d’année dernière, des chauffeurs non payés ont fait grève à Genève. KEYSTONE-ARCHIVES
Taxis

Nouvelle gifle pour la plateforme Uber: le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) donne raison au syndicat Unia, qui estime que les chauffeurs placés par des entreprises «partenaires» sont bel et bien des employés. La convention collective de travail (CCT) doit s’appliquer. Unia revendiquera les arriérés de salaires. Quant à Uber, un porte-parole dit «chercher les meilleures solutions pour les conducteurs concernés». Saisi en fin d’année dernière par Unia et les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion