Solidarité

La palme de la colère

Plus grande exploitation de palme du Cameroun, la Socapalm, société intimement liée au groupe Bolloré, est en conflit avec les villageois qui s’estiment spoliés.
Manifestation de villageois riverains de la plantation de Kienke, au sud de Douanla. ©ReAct
Cameroun

Un procès en diffamation intenté par la société Socapalm contre des journaux et des ONG qui se déroule en ce moment à Paris (lire ci-dessous) a pour toile de fond un grave conflit au Cameroun. Depuis deux décennies, les populations riveraines de gigantesques plantations de palmier à huile assurent avoir été spoliées de leurs terres par la société liée à l’industriel français Vincent Bolloré 1(1). Petit tour du propriétaire avec

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion