Solidarité

«Nos frères», les réfugiés

Malgré des débuts difficiles, la cohabitation entre réfugiés et habitants de Ngam, à la frontière entre Cameroun et Centrafrique, est porteuse d’espoirs.
La boutique de Diaffarou au «marché des réfugiés». Ce qui est aujourd’hui un marché plein d’animation était un terrain broussailleux avant qu’il n’ouvre son échoppe. ADRIENNE SURPRENANT/HANSLUCAS.COM
Cameroun

«Ici ça donne! On vient de tous les villages alentour pour faire le marché ici», s’exclame Bouba, encerclé par une dizaine de femmes négociant âprement les prix. Ce commerçant camerounais s’est levé tôt ce lundi matin pour venir jusqu’à Ngam vendre ses casseroles en aluminium. Depuis quatre mois, il loue dans ce village une échoppe faite de terre et de paille. Comme lui, des bouchers, des négociants en tissu et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion