Scène

A la rescousse des hommes et des langues

Après la migration avec Drift, la performeuse Caroline Bergvall célèbre l’aube et la survivance des langues à la Bâtie par un vivifiant Ragadawn.
Ragadawn EMMA WILCOX
Festival de la Bâtie

Caroline Bergvall navigue dans un registre bien à elle, évoquant une actualité crispée et universelle, celle de la migration. Certes, l’une de ses performances revient sur le sort des migrants et la tragédie humaine qui s’est jouée sous nos latitudes, à Lampedusa, ou ailleurs. Mais l’artiste et écrivaine franco-norvégienne (lire notre portrait du 2 septembre) aborde aussi la destinée des langues, parfois naufragées, parfois rescapées, en mode de survivance. Deux

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion