Genève

Porter plainte lui coûte une expulsion

Une sans-papiers dépose plainte suite à une agression. La justice condamne la prévenue, mais aussi la plaignante pour sa situation illégale en Suisse. Le cas ne serait pas isolé.
L’expulsion de la plaignante sans-papiers pose la question du droit d’accès à la justice des personnes en situation illégale. JPDS
Justice genevoise

Portant plainte suite à une agression dont elle a été victime, une Bolivienne est jugée coupable d’infraction à la loi fédérale sur les étrangers (LEtr) par le Ministère public, elle qui est sans-papiers. Conséquence: l’Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) lui annonce son expulsion. Une affaire révélée lundi par la Tribune de Genève. L’Association des juristes progressistes (AJP) dénonce une pratique courante. Victime, mais condamnée D’après le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion