Genève

Une fausse plainte rédigée par un policier

Un cadre de la police a comparu mardi pour avoir rédigé et transmis au Ministère public une fausse plainte pour injure et menace à l’encontre d’un manifestant d’extrême gauche.
Les tribunaux condamnent des gens sur la base de rapports de police. Il est donc important qu’ils soient conformes à la réalité CEDRIC VINCENSINI
Justice genevoise

Un geste machinal ou un acte intentionnel ? Mardi, un cadre de la gendarmerie genevoise comparaissait devant le Tribunal de police pour avoir intentionnellement commis un faux dans les titres dans l’exercice de fonctions publiques. Le policier (ci-après, P.) est poursuivi par le Ministère public pour avoir rédigé une fausse plainte pour injure et menace, à l’encontre d’un manifestant (M.), au nom de l’un de ses subalternes (S.). Ces insultes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion