Genève

Un «lanceur d’alerte» attend son jugement

Il dénonce nominalement deux policiers et doit répondre de diffamation à leur égard. Le Tribunal de police rendra son jugement mercredi.
Justice genevoise

Pierre Pittet, président du groupement Citoyens pour la justice publique (CJP), pourrait écoper de 120 jours amende assortis de 1200 francs, s’il est reconnu coupable de diffamation envers deux policiers de Versoix qu’il a dénoncés comme étant liés à une affaire de prostitution présumée dans une ferme de Collex. L’audience a eu lieu ce jeudi, mais le verdict sera prononcé mercredi prochain. L’affaire débute en 2008, lorsque le citoyen, qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion