Cinéma

Dans les entrailles de l’Usine

La caméra de Déborah Legivre s’est immergée durant quatre ans dans le bastion genevois de la culture alternative. Projection dimanche.
Projectionniste au Spoutnik JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Cinéma documentaire

L’Usine, ce paquebot amarré sur la rive gauche du Rhône, dans le quartier de la Jonction. Depuis son ouverture en 1989, dans l’ancienne usine de dégrossissage d’or de la place des Volontaires, Genève entretient une relation passionnelle avec cet emblème réfractaire. On y promeut les alternatives artistiques sur le mode de l’autogestion – une voix, un vote. Une anomalie tenace. D’où l’intérêt d’en explorer les coulisses. Trois salles de con­­certs, un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion