Arts plastiques

Arte ristretto

Pas facile de défendre l’art contemporain dans la cité éternelle, malgré l’ouverture récente de deux musées. Dans les années 1970, à Rome, pourtant, les artistes affluaient. Enjeux.
Le MAXXI de Zaha Hadid et une installation de Choi Jeong-hwa présentée dans le cadre de l’exposition «Transformers». En bas: Entre Mario Pieroni (gauche) et Dora ­Stiefelmeier TTH
Les Unes de Mag

C’est le soir, un petit groupe de personnes consomme bières tièdes et taralli sur les pavés inégaux de la via dei Vascellari, dans le Trastevere romain. Régulièrement dérangés par les hordes de touristes à la recherche d’une trattoria bon marché, les trentenaires parlent un peu italien mais surtout anglais, variantes East Coast ou BBC, et les conversations tournent autour de l’art: dans la petite église de Sant’Andrea de Scaphis, juste

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion