Musique

Antigel sans gêne

Le festival se voit comme un «connecteur culturel» par-delà les frontières du canton de Genève. Ses transgressions vont du partenariat avec les entreprises à l’intégration des requérants d’asile.
1
Visite audioguidée dans un décor féérique sur une musique synthétique à la piscine de Lancy. Cosmoland fut l’une des réussites de l’édition 2014 parmi les créations «made in Antigel». CLEMENT LAMBELET
Festival 

Quand Antigel débarque en 2011, en plein répit hivernal, le festival bouscule les habitudes. Excentré, il prend ­appui sur la ceinture suburbaine et ses communes qui affichent des ambitions culturelles. Pour mieux se projeter jusqu’aux confins du canton. Rapidement, le public se laisse séduire. L’an dernier, 50 000 spectateurs plébiscitaient la centaine de propositions du festival. Ils étaient 20 000 rien qu’au Grand Central, pôle festif implanté en plein chantier du PAV

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion