Chroniques

L’UDC, arme de déception massive

TRANSITIONS
Anne-Catherine Menétrey-Savary 1

Si on était bon perdant, on trouverait au moins deux raisons de se réjouir de l’acceptation de l’initiative de l’UDC contre l’immigration de masse. La première, c’est que ses partisans sont contre le bétonnage du pays, contre la mondialisation de l’économie et contre la démesure. De quoi en faire des adeptes de la décroissance et des amis de Franz Weber. La deuxième raison, c’est que le peuple, par son vote,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion