Cinéma

Bellocchio psychanalyse les traumatisés politiques

FICTION – Marco Bellocchio raconte la détention d’Aldo Moro par les Brigades rouges en 1978. Le très attendu «Buongiorno, notte» joue l’ambiguïté.
Bellocchio psychanalyse les traumatisés politiques
Cinéma italien

Une position n’est-elle véritablement auteuriste que si elle bannit toute critique idéologique? Avec Buogiorno, notte, Marco Bellocchio repose la question lorsqu’il revisite sous la forme d’un rêve l’un des événements politiques les plus importants de l’histoire italienne, se coupant ainsi du débat risqué sur la vérité historique. Plus ambigu, donc, que réaliste, le film évoque les 55 jours de détention du président de la Démocratie chrétienne Aldo Moro, enlevé par

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion