«Mon humanité volée»
Le nombre de migrants qui tentent de traverser la Manche sur des ­embarcations de fortune a explosé cette année. KEYSTONE
International

«Mon humanité volée»

Un activiste soudanais de 34 ans est parvenu à traverser la Manche sur un canot gonflable. Témoignage.
Migration

«Cela ressemble à un jouet.» C’est la première pensée qui s’impose à Suleyman* en voyant le canot gonflable qui doit le transporter, lui, sa femme et ses deux enfants, de l’autre côté de la Manche, ce jour d’octobre 2019. «Je n’ai tout simplement pas pu faire monter ma famille dans une embarcation pareille», livre le Soudanais de 34 ans. Alors il renonce, quitte à perdre l’argent déjà versé aux passeurs.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion