Scène

«Mon féminisme est constructif»

Metteuse en scène d’opéra, Mariame Clément crée Anna Bolena au Grand Théâtre de Genève. Son female gaze met en lumière le sacrifice féminin.
«Mon féminisme est constructif»
La première d’Anna Bolena aura lieu ce vendredi. Mariame Clément et ses chanteuses répètent au Grand Théâtre. Magali Dougados
lyrique

Le Grand Théâtre de ­Genève ouvre ses portes aux metteuses en scène d’opéra. Mariame Clément y crée Anna Bolena vendredi, premier volet d’une trilogie de Donizetti. Femme de lettres passée par l’histoire de l’art, la metteuse en scène française a monté une quarantaine d’opéras, de Vienne à Londres en passant par Madrid. Dans une œuvre du répertoire dix-neuvièmiste, véhiculant par essence un schéma patriarcal, elle introduit un personnage féminin qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion